D'où viennent les Sénoufo?

Le peuple Sénoufo constitue l'un des groupes les plus importants de la zone de la Haute Côte d'Ivoire et du Mali. Il occupe des vastes régions allant des rives du Bani au nord jusqu'au 8° parallèle au Sud.

Actuellement on considère le chiffre de 2 500 000 Sénoufo, ce qui représente déjà l'un des groupes les plus importants de l'Afrique de l'ouest.

Dans ce peuple nous pouvons distinguer trois grands groupes :

  • Les Sénoufo appelés: Minyanka dans les cercles de Koutiala et San au Mali. et ceux appelés Nanérége et le nord de la province du Kénédougou  au Burkina Faso
  • Les Sénoufo des cercles de Sikasso au Mali, du sud de la Province du Kénédougou au Burkina Faso, et de la Préfecture de Tingrela en Côte d'Ivoire
  • Les Sénoufo ou Siena Mana de la Haute Côte d'Ivoire

Les Sénoufo de Koutiala, San, Sikasso prétendent que leurs ancêtres ont toujours habité les rives du Bani et du Banifin. Ils ont dû lutter à la fois contre les attaques des rois de Sikasso: Tièba TRAORE et Babemba TRAORE.

Les Sénoufo de Banfora et de Haute Côte d'Ivoire n'ont pas gardé un souvenir précis de leur origine. Ils auraient été refoulés du Nord vers Banfora où quelques-uns demeurent, puis de là, sur la rive droite de la Lereba et de la Comoé, d'où ils auraient été chassés par des Mandingue venant de Djéné.

Ces conquérants auraient repoussé les Sénoufo vers l'Ouest du Bandama et la Bagoé.

La date d'apparition des Sénoufo est très controversée.

Il semble en tout cas certain qu'elle remonte au début du premier millénaire.

Apparemment, d'après leur tradition, les pacifiques Sénoufo n'eurent à chasser aucune personne. Nulle trace des négriers dans leurs récits, qui au contraire s'accordent à affirmer qu'ils trouvèrent le pays entièrement vide.

La période des grands mouvements terminés, ces remarquables cultivateurs que sont les Sénoufo donnent au pays une certaine prospérité.

Dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, les attaques des bandes de Tièba, Babemba et Samory  troublèrent l'état pacifiste de ce peuple. Ce qui laissaient à certains endroits des souvenirs durables.

L'instauration de la "paix française" permet aux Sénoufo de reprendre vis-à-vis de leurs anciens maîtres une indépendance de plus en plus grande.

Les trois groupes Sénoufo ont été en contact avec des populations diverses. Nous comprenons que leurs coutumes et traditions aient pu différemment évoluer voire se modifier.

 

A l'intérieur de ces trois groupes Sénoufo, il convient de signaler l'existence de 90 sous-groupes, tels que les Cembara, les Nafambelee, les Tagwana, les Jimini ... des departements de Korogho et de Katiola (Haute Côte d'Ivoire) ; les Nafara ,les Supyire, les Pomporo, les Nanèrège ... des cercles de Sikasso et Koutiala (Mali) ; les Karaboro et le Tagba de la région de Banfora et du Kénédougou (Burkina-Faso)

P.Emilio Escudero